Soyez inspiré Redonner le sourire aux enfants

Redonner le sourire aux enfants

Volunteer at the ORCCA stall

Offrir des soins dentaires permet de franchir une première étape vers un sourire radieux et une collectivité en santé.

À Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, près de 50 000 personnes ont de la difficulté à répondre à leurs besoins fondamentaux. Une étude de la Faculté de dentisterie de l’Université de la Colombie-Britannique révèle que les familles qui peinent constamment à joindre les deux bouts ont peu d’argent ou de temps à consacrer aux soins dentaires.

Il est regrettable que la médecine dentaire soit si onéreuse qu’elle doive être reléguée au second plan dans les familles à faible revenu. Il est toutefois extraordinaire qu’un organisme tel que la Oral Care for Children and Adolescents Dental Clinic Society (ORCCA) épouse cette cause importante dans notre collectivité. L’ORCCA est la première clinique dentaire sans but lucratif à dispenser des soins aux enfants et aux adolescents de familles à faible revenu résidant sur l’île de Vancouver. Nous sommes fiers d’être l’une des premières entreprises à appuyer son projet de renforcer la confiance en soi en améliorant la santé bucco-dentaire.

« Grâce au don communautaire de 20 000 $ que nous avons reçu du Comité d’investissement communautaire de TELUS à Victoria, nous pourrons acheter l’équipement de soins dentaires dont nous avons besoin pour offrir des services de santé bucco-dentaires essentiels aux enfants

Heather Burkett, présidente de l’ORCCA

La Colombie-Britannique offre une couverture de 700 $ par année aux enfants inscrits au programme Healthy Child (revenu familial annuel inférieur à 21 000 $) et une couverture partielle aux enfants des Premières nations. Toutefois, il arrive souvent qu’elle ne couvre pas les normes de traitement minimales ou les traitements préventifs tels que les appareils orthodontiques fixes. Ces enfants, et ceux dont le revenu familial est inférieur à 40 000 $ et qui ne disposent d’aucune assurance en matière de soins dentaires, pourraient donc tirer avantage du programme. Grâce à l’ORCCA, jusqu’à 500 enfants sont admissibles à ce service. L’organisme compte par ailleurs rencontrer environ 200 enfants à mesure que ses activités démarreront cette année.

Pour la Dre Mitra Hashemi, vice-présidente de l’ORCCA, il s’agit d’un projet de premier plan, qui résulte de ses interactions avec des enfants aux prises avec des difficultés concrètes en raison de leurs problèmes dentaires. « Vous pouvez imaginer dans quelle mesure ce genre de situation peut miner la confiance en soi d’un adolescent » explique-t-elle, décrivant ensuite le cas d’un adolescent incapable de se dénicher un emploi : « Ses incisives étaient gravement fracturées et il n’était pas en mesure de les faire réparer. Il lui était même énormément difficile d’obtenir un emploi de base de premier échelon. Ce type de situation freine les gens sur le plan personnel et professionnel, car ils ne disposent d’aucun point de départ. C’est pour ce motif que j’ai voulu les aider ». Ce cas, et d’autres encore, ont donc inspiré la Dre Hashemi et Heather Burkett, son amie, à créer un organisme capable de rendre la médecine dentaire accessible à tous les enfants.

« Malgré tous les efforts déployés pour distinguer les besoins médicaux des besoins dentaires, les deux types de soins demeurent intimement liés, marquant ainsi le point de départ de la négligence »

Dre Mitra Hashemi, vice-présidente, ORCCA

L’organisme offre des services qui vont au-delà des soins dentaires. Il veut en effet s’assurer que les enfants et les adolescents qui fréquentent la clinique apprennent à bien se brosser les dents, à utiliser la soie dentaire et à maintenir une bouche en santé. Plus important encore, il agit de façon concrète et améliore le quotidien de centaines de personnes en aidant les jeunes à sourire en toute confiance.